ToujoursLa > BARET Serge > Biographie - Intro > Préfet à 36 ans...
© ToujoursLa 2013 - www.toujoursla.com - Le mémorial
Auteur : Jean-Jacques BARON - Mon, 24 Apr 2017 17:15:29 +0200
BARET Serge

Serge
BARET


Serge
BARET

Sa Biographie


Préfet à 36 ans...


Serge Baret est né à Hargnies (Ardennes) le 18 février 1910 dans une famille d'enseignants. Ses parents avaient la particularité d'être cousins germains. Il ne connaîtra pas son père décédé en 1914, aux premiers jours de la grande guerre.

C'est donc sa maman, directrice d'école à Vireux, qui l'élèvera seule avec la plus grande affection.

Jusqu'à 10 ans, il fréquente l'école communale de Hargnies. Il poursuit de très brillantes études secondaires, notamment au Lycée de Charleville, pour conclure son parcours scolaires avec un licence en droit.

- Le 18 février 1929, Serge Baret fête ses 19 ans et entre comme rédacteur à la préfecture de la Drôme (à Valence).

- Le 19 novembre 1931, il est promu chef adjoint du cabinet du préfet de la Drôme de l'époque : Léon Billecart.

- En 1933, il suit Léon Billecart, toujours en tant que chef adjoint de cabinet du Préfet, dans le Morbihan puis dans le Loiret pendant 3 ans.

De 1936 à 1946

- Le 2 février 1936, il devient chef du secrétaire particulier du sous-secrétaire d'état à la présidence du conseil : l'homme politique Jean Zay.

Après un court passage comme chef de cabinet  d'Ile-et-Vilaine, Serge Baret continue son ascension dans les arcanes de l'état, en suivant Jean Zay. Dans le gouvernement du Front Populaire, ce dernier est nommé ministre de l'Education Nationale et des Beaux-Arts, le 4 juin 1936. Dès le lendemain, Serge Baret devient le chef du secrétariat particulier du ministre de l'éducation jusqu'en 1938.

C'est en cette période que Jean Zay :
- eu l'idée de fonder une école unique de sélection et de formation des  hauts fonctionnaires : L'ENA (Ecole Nationale d'Administration),
- passa l'âge maximum de l'école obligatoire de 13 à 14 ans,
- multiplia les mesures en vue de favoriser l'éducation de la jeunesse : bourses scolaires, classes limitées à 35 élèves, classes d'orientation, éducation sportive obligatoire, constructions d'écoles, lycées, cantines. création de colonies de vacances et fondation de ce qui deviendra le CROUS.

En poste à l'Education Nationale, Serge Baret, aura durant ces 2 ans quelques courtes affectations :
- à la sous-préfecture de l'Aube (Bar-sur-Aube) en 1936,
- à la préfecture du Loiret (Orléans),
- au secrétariat général de la préfecture de l'Aveyron (Rodez).

- En 1938, Serge Baret est nommé sous-préfet de l'Aveyron, dans la sous-préfecture de Villefranche-de-Rouergue.

- Le 15 avril 1940, sa carrière est interrompue. Il est mobilisé suite à la déclaration de guerre entre la France et l'Allemagne. Ce sera une interruption relativement courte.

- Le 28 Juillet 1940, il est mis en disponibilité par le gouvernement de Vichy et réintègre l'Administration tout en faisant partie du réseau de résistance : le N.A.P. (Noyautage des Administrations Publiques)

- 1941 : Conseiller au C.P.I. de Nantes,
- 1942 : Secrétaire Général de la préfecture du Jura à Lons-le-Saunier,
- 1943 : Secrétaire Général de la Préfecture des Hautes-Alpes à Gap,
- 9 septembre 1944 : Secrétaire Général de la préfecture des Bouches-du-Rhône à Marseilles,

De 1946 à 1956 :

- 1946 est une nouvelle année clé dans sa carrière. La guerre est finie. Serge Baret, âgé de 36 ans, accède au statut de Préfet. Il débute avec cette fonction à Carcassonne, préfecture de l'Aude.

- 1947 : Préfet de la Dordogne à Périgueux,

- 6 Avril 1951 : Préfet de l'Hérault à Montpellier,

- Novembre 1955 : Préfet de la Loire-Inférieure (Loire-Atlantique) à Nantes,

De 1956 à 1958 :

- Le 11 décembre 1956, signe le dernier grand tournant de sa carrière. Robert Lacoste, Ministre Résident en Algérie du gouvernement Guy Mollet nomme Serge Baret comme préfet d'Alger et Inspecteur Général de l'Administration en Mission Extraordinaire pour les départements de la région d'Alger (I.G.A.M.E.)

Serge Barret est alors propulsé en pleine guerre d'Algérie débutée depuis 1954, avec un rôle des plus difficile. Depuis l'été 1956, une vague d'attentats meurtriers perpétrés par le F.L.N. (Front de Libération Nationale - les indépendantistes algériens) secoue la ville jusque là épargnée. Alger, ville à majorité européenne voit sa communauté "pieds noirs" particulièrement visée. Le gouvernement français doit alors prendre une décision exceptionnelle.

- Le 7 janvier 1957, sur ordre de Robert Lacoste, Serge Baret délègue par arrêté préfectoral, ses pouvoirs de police au commandant de la 10ème division parachutiste, le général Massu. Le préfet obtempère d'autant plus facilement, qu'il a déjà constaté l'inefficacité de la police face au terrorisme (F.L.N). Ce jour là, c'est le général Raoul Salan, commandant supérieur interarmées en Algérie depuis 10 jours, qui l'aidera à fixer les modalité de mise en application de cette décision.  

1) L’ensemble des pouvoirs de police, normalement impartis à l’autorité civile, sont confiés à l’autorité militaire.

2) Le général Massu et ses 6.000 parachutistes ont mission de mettre fin au terrorisme dans l'agglomération du Grand Alger (450 000 habitants).

Cette date du 7 janvier 1957 signe le début d'un des épisodes les plus sinistres de la guerre d'Algérie : "La bataille d'Alger" (le terme de bataille étant contestable). En effet, les missions de la police maintenant confiées à l'armée, s'effectueront désormais sans cadre judiciaire et sans contrôle....

L'historien Pierre Vidal-Naquet affirmera plus tard que le 7 janvier 1957 marque « la capitulation du pouvoir civil devant le pouvoir militaire, de la République devant les généraux. »

- Le 15 juin 1957, Serge Baret délègue au général Massu, l'ensemble des services de renseignement et d'intervention.

- 14 mai 1958 :, Défenseur d'une Algérie française, Serge Baret favorise diverses manifestations contre le FLN : celle du 26 avril 1958 et surtout celle du 13 mai 1958. Attitude qui lui vaudra d'être relevé de ses fonctions de préfet par le gouvernement. Un gouvernement de la fin de la IVème république, représenté par le président du conseil Pierre Pflimlin, alors en pleine déroute face à la question algérienne. Pour information, le mandat de Pierre Pflimlin durera 14 jours : du 14 mai au 28 mai 1958.

- Le 14 mai 1958, le général Salan à la tête du "Comité de salut public" (putschistes civils et militaires) qui partage les même opinions que Serge Baret, nomme ce dernier "Secrétaire général de la Délégation générale du gouvernement en Algérie". Et dès le lendemain, face à l'insurrection grandissante et le risque de guerre civile en Algérie, Salan lance un appel solennel au Général de Gaulle, afin que ce dernier reprenne des fonctions au sein de la république.

- Le 9 juin 1958, le général Salan nomme Serge Baret : "Secrétaire général de l'administration centrale" (Secrétaire Général de l'Algérie)

- 14 juillet 1958 : Serge Baret participe aux cérémonies du 14 Juillet à Alger, place du forum au pied de l'immeuble du gouvernement général. Un document Ina précise qu'il s'agit de la première expérience mondiale de liaison télévisuelle intercontinentale en direct. Les images sont relayées grâce à un avion volant à 6000 mètres au dessus des Baléares. C'est en direct au journal de 20h00, simultanément devant les téléspectateurs algériens et français, que Serge Barret se voit remettre la Croix de la Valeur Militaire par le général Jacques Allard (nouveau préfet d'Alger).


Remise de la Croix de la Valeur Militaire le 14/07/1958 à Alger
Remise de la Croix de la Valeur Militaire le 14/07/1958 à Alger*
Remise de la Croix de la Valeur Militaire le 14/07/1958 à Alger
Remise de la Croix de la Valeur Militaire le 14/07/1958 à Alger*
Remise de la Croix de la Valeur Militaire le 14/07/1958 à Alger
Remise de la Croix de la Valeur Militaire le 14/07/1958 à Alger
© © Archives INA

Serge Baret aux Cérémonies du 14 Juillet à Alger
Serge Baret aux Cérémonies du 14 Juillet à Alger
Serge Baret aux Cérémonies du 14 Juillet à Alger
Serge Baret aux Cérémonies du 14 Juillet à Alger
Serge Baret aux Cérémonies du 14 Juillet à Alger
Serge Baret aux Cérémonies du 14 Juillet à Alger
© © Archives INA


De 1958 à 1978 :

- mi-décembre 1958. Serge Baret et le général Salan quittent l'Algérie. Raoul Salan est rappelé en Métropole par le Général de Gaulle. Les chemins politiques des deux hommes vont s'affronter. Il semblerait à la vue de ce qui suit concernant la carrière de Serge Baret, que ce dernier en ait fait les frais.

- 9 janvier 1959 : Serge Baret est placé en position de "Préfet Hors-Cadre".

- 1er septembre 1969 : Mise en disponibilité

- 1er mai 1970 : âgé de 60 ans, Il est admis à la retraite du corps préfectoral.

- 30 juin 1971 : admis à l'honorariat

- 15 ou 16 mars 1978 : Serge Baret décède. Durant les dernières années de sa vie, une grave maladie l'empêchera de revoir ses Ardennes natales, sa famille et ses amis. Il restera de lui le souvenir d'un homme doté d'une grande intelligence et de qualités exceptionnelles.



Modifié le 27/05/2009
Index - Chapitre : 1 2 [Suivant]
Index
Pages : 1 2
© ToujoursLa 2013 | Mentions Légales | Règle et Définition (CGU) | Créer un compte | Nous écrire | Nous écrire | Liens | Arguments | ToujoursLa v2.2