ToujoursLa > DONOT Moïse > Biographie > Rss n°3 > La vie de Moïse Donot
© ToujoursLa 2013 - www.toujoursla.com - Le mémorial
Auteur : Sylvie CRÉPIN - Mon, 23 Oct 2017 09:50:54 +0000
DONOT Moïse

Moïse
DONOT


Moïse
DONOT

Récit


La vie de Moïse Donot


Récit de la vie de Papy. Le Robert le 9 Octobre 2003.


Moïse DONOT est né le 22 Juillet 1910 à Trélon dans le département du Nord. Sa Maman, Jeanne BRUYÈRE* disait de lui que c’était un très beau bébé. Il fut l’aîné d’une fratrie de cinq garçons.

Son père Désiré DONOT*, fut appelé à partir, à la déclaration de la guerre en 1914. Jeanne, et Moïse alors âgé de 4 ans, partirent pour Versailles. Ils rencontrèrent beaucoup de difficultés à rejoindre leur destination où les attendait Léa, la sœur de Jeanne et Marraine de Moïse.

À la fin de la guerre, ses parents sont retournés dans le Nord, où ils ont tenu une épicerie, au Mesnil précisément. Plus tard, ils sont venus habiter à Hautmont, dans le même département, la maison du vélodrome et en prendre la gérance. Ils prirent aussi en charge le café qui attirait de nombreux clients les jours de courses de vélo sur piste. Moïse en profita pour s’y exercer tout jeune et en fit une passion.

Ses études le menèrent au certificat d’étude. Pendant sa scolarité, il s’est souvent démarqué en étant le premier de sa classe. Il a alors 12 ans quand son Papa le mit au travail.

Sa vie professionnelle commença dans les bureaux d’une usine. Il a poursuivi ses études le soir à l’école professionnelle. Son intelligence lui permit de toujours progresser.

À l’approche de ses 18 ans, il gagna plusieurs courses de vélo, ce qui fit de lui la vedette de cette ville industrielle. Il intégra également un orchestre philharmonique en tant que clarinettiste et participa aux différents concerts.

Il fit son service militaire à Bitche en Alsace-Lorraine. Une fois ses obligations remplies, il fut embauché sur les lieux comme chef de chantier sur la ligne Maginot. Sa mission terminée, il repartit dans le Nord pour travailler chez les militaires à Maubeuge, près d’Hautmont. Sa passion pour le vélo était toujours bien présente, qu’il partageait avec de nombreux amis. Il était également un grand amateur de football et n’aurait manqué pour rien au monde les matchs de la région du Nord.

Il a passé un concours des PTT en 1938, qu’il a réussi et fut nommé à Paris comme dessinateur. Il s’est marié à l’age de 28 ans, le 12 Novembre 1938. Il eut son premier enfant, une fille, le 8 Septembre 1939. Il était alors mobilisé pour la deuxième guerre. Il put voir son bébé deux fois, à sa naissance car son camp se trouvait à quelques kilomètres et lors d’une brève permission quelque temps après. Il fut prisonnier en Allemagne pendant cinq ans. Il y appris la langue en échange de leçons de français.

À son retour de captivité, il fut nommé vérificateur de travaux de bâtiment. Il pris longtemps des cours pour progresser dans sa situation professionnelle, ce qui lui permit de gravir tous les échelons jusqu’au poste de réviseur en chef au ministère des PTT.

À la suite des retrouvailles avec son épouse et sa fille, il eut la joie d’être de nouveau Papa, d’un garçon, cette fois, le 14 Mars 1947. Il fut comblé d’une vie familiale harmonieuse.

Grâce à son courage et à sa débrouillardise, il entreprit de construire sa maison de campagne de ses mains, à Villennes sur seine, dans les Yvelines. Résidant à Paris dans le 9ème arrondissement, il permit ainsi à ses enfants de s’aérer les week-ends et pendant les vacances. Il s’y installa définitivement à sa retraite en 1971. Sa fille ayant fait construire sa maison sur le terrain voisin, il eut la joie de profiter de ses petits-enfants, un garçon et une fille. En plus de les conduire bien souvent à l’école, il les aida dans leurs études.

De son fils, il eut également un petit-fils et une petite-fille.

Sa retraite fut bien remplie. Il en profita pour faire de magnifiques croisières avec son épouse. Il aimait également passer une partie de l’hiver à Palma de Majorque. Fervent chrétien, il s’est donné avec son épouse, entièrement à ceux qui souffrent. Il créa une association qu’il appela “ La vie montante ”. Il animait des réunions regroupant des personnes du trois et quatrième âge, organisait des voyages qui eurent beaucoup de succès, comme Lourdes, la terre sainte, et Rome sur les pas de Saint Paul, entre autres. Lui et son épouse portèrent très régulièrement du réconfort auprès de personnes âgées dans les hospices et hôpitaux de la région. Il en fut ainsi jusqu’au dernier jour de sa vie.

Il est décédé le 7 Juillet 1984, terrassé par un infarctus. Il a voué sa vie à son épouse, ses deux enfants, ses quatre petits-enfants, sa famille et ceux qui souffrent.



Sa descendance à ce jour :


Photo d'identité
Photo d'identité
Photo d'identité
Photo d'identité
Photo d'identité
Photo d'identité
Une fille et un fils
Deux petits-fils et deux petites-filles
Trois arrières-petites filles
Un arrière-petit fils

Caractère :

Il était très courageux, et intelligent, une vraie force de la nature, infatigable et toujours prêt à rendre service. Il aimait beaucoup recevoir sa famille et ses nombreux amis.

Il fonçait dans la vie, toujours pressé, ce qui n’était pas sans lui occasionner quelques petits bobos. Par exemple à la tête, quand le rideau du garage n’était pas suffisamment remonté, ou, toujours en courant, il a loupé une marche et s’est ouvert la jambe jusqu’à l’os.

Il avait de grands yeux bleus magnifiques, qui attiraient le regard des femmes, heureusement, il aimait la sienne.

Il avait consacré une grande partie de son jardin de Villennes sur Seine à son potager. Il aimait jardiner et avoir de beaux légumes. Les blettes se plaisaient beaucoup dans cette terre glaise, si bien que sa femme en avait assez d’en manger deux fois par semaine. Par bonheur, les merles se faisaient un malin plaisir à les déraciner dés qu’il les plantait. Si bien que sa petite-fille en avait fait une rédaction, racontant que sa Grand-Mère avait dressé les merles pour qu‘elle n’ait pas trop de blettes à préparer. Ce récit pittoresque remporta un grand succès auprès de l’institutrice qui s’est enquerrie de vérifier l’information auprès du Grand-Père.


Passions et loisirs :

Dans sa jeunesse, ce furent le vélo et la clarinette, et toute sa vie, le football et la belote. Concernant le football, il ne ratait aucun match retransmis à la télévision et y donna goût à son premier petit-fils, qui devint aussi acharné que lui. Quant à la belote, en plus d'être un adversaire redoutable, il fût pour ses petits-enfants un excellent professeur et leur a transmis également cette passion. La relève est assurée !!!





Modifié le 14/11/2010
© ToujoursLa 2013 | Mentions Légales | Règle et Définition (CGU) | Créer un compte | Nous écrire | Nous écrire | Liens | Arguments | ToujoursLa v2.2