ToujoursLa > DEPAQUIT Edouard > Biographie > Un bâtisseur
© ToujoursLa 2013 - www.toujoursla.com - Le mémorial
Auteur : Jean-Jacques BARON - Wed, 26 Apr 2017 11:47:06 +0200

Edouard DEPAQUIT


Edouard DEPAQUIT

Sa Biographie


Un bâtisseur


Le 3 août 1875, Auguste Philippoteaux, maire de Sedan et vice-président de l'Assemblée Nationale, annonce depuis Paris, le déclassement de la place-forte de Sedan. 110 hectares d'ouvrages militaires obsolètes étouffent une ville de 45 hectares, qui n'est même plus hors de portée des canons prussiens de l'époque. La défaite de Napoléon III à Sedan le 1er septembre 1870 en fut la preuve. Le déclassement autorise la destruction de ces ouvrages. Les Sedanais attendaient cette décision depuis 4 ans.

En 1876, alors en poste à Aurillac, Edouard Depaquit apprend le lancement d'un concours public pour l'agrandissement de sa ville natale de Sedan. Il se présente et obtient le premier prix. C'est alors qu'il devient conducteur de travaux, architecte et urbaniste.

Le 27 avril 1877, le Conseil Municipal adopte le plan d'agrandissement de Sedan, avec Edouard Depaquit comme ingénieur en chef. Dès lors, Mr Depaquit et Mr le Maire Philippoteaux travailleront en étroite collaboration.

La démolition des fortifications, dont les plus anciennes datent du 15ème siècle, sont effectuées par des entreprises civiles et par le génie militaire. Il s'agit d'un énorme chantier. Certains bastions sont taillés dans le roc et s'élèvent parfois à une trentaine de mètres au-dessus des fossés. Des tirs de mine et l'expérimentation de nouveaux explosifs s'avèrent nécessaire. Les débris et matériaux récupérés servent pour mettre hors de crues les terrains bas. La phase de démolition va durer jusqu'en 1881.


La destruction de la place-forte de Sedan
La destruction de la place-forte de Sedan
La destruction de la place-forte de Sedan
La destruction de la place-forte de Sedan
La destruction de la place-forte de Sedan
La destruction de la place-forte de Sedan


Avec son équipe, Edouard Depaquit établit les quartiers de la gare, du nouveau Torcy, du Bas Fond de Givonne et des "hauteurs" de la ville. Il trace le boulevard Fabert, l'avenue Philippoteaux, et l'avenue Eugène Franquin sur l'emplacement des fortifications. Le bastion de Bourbon est rasé pour devenir la place d'alsace-Lorraine. Il fait construire trois grands ponts sur la Meuse difficiles d'implantation, dont le pont de la gare et le pont Fabert. Il fait creuser des égouts collecteurs dans les rues étroites bordées de constructions à trois étages. Dans ses plans, n'est pas oublié le jardin botanique en guise de "poumon vert de la ville".


Plan de Sedan
Plan de Sedan
Plan de Sedan
Plan de Sedan
Plan de Sedan
Plan de Sedan
© © Michelin 2009


A partir de 1880, il endosse le rôle d'architecte en faisant construire l'hôtel des postes et télégraphes, le musée de la ville, le nouveau collège de Turenne ... et sa maison sur l'ancien fort de la Rochette.

Concernant le collège de Turenne, celui-ci est dessiné en 1883, puis construit entre 1884 et 1885 contre et dans le prolongement du collège municipal et ex-collège des Jésuites existant. La chapelle Saint-Louis est d'ailleurs démolie en 1883 pour permettre l'alignement de l'ancienne et de la nouvelle bâtisse.


Fronton du collège Turenne de Sedan
Fronton du collège Turenne de Sedan*
Fronton du collège Turenne de Sedan
Fronton du collège Turenne de Sedan*
Fronton du collège Turenne de Sedan
Fronton du collège Turenne de Sedan
© JJBARON


Ces travaux s'achèvent en 1889.



Modifié le 05/07/2009
Index - Chapitre : [Précédent] 1 2 3 4 [Suivant]
Index
Pages : 1 2 3 4
© ToujoursLa 2013 | Mentions Légales | Règle et Définition (CGU) | Créer un compte | Nous écrire | Nous écrire | Liens | Arguments | ToujoursLa v2.2