ToujoursLa > Le Manoir ou Château de Transières > Un peu d'histoire par Stéphane Tessier
© ToujoursLa 2013 - www.toujoursla.com - Le mémorial
Auteur : Laurent ROYER - Sun, 23 Jul 2017 14:37:59 +0200

Le Manoir ou Château de Transières


Le Manoir ou Château de Transières

L'histoire


Un peu d'histoire par Stéphane Tessier


 Les terres de Transières ont une histoire extrêmement lointaine, avec la présence d'hommes préhistoriques*, puis des Gaulois et Romains*.

Dans un bulletin de la Société Normande d'étude préhistorique, nous pouvons lire  :

"Sur la rive gauche de la Risle, dont les eaux se déroulent au loin dans la prairie, jusqu'aux terres de Transières, s'étend la station préhistorique qui fut si riche en instruments paléolithiques"

La suite, Stéphane Tessier, nous la raconte  :

La terre de Transières date de la fin du XIème siècle. La première trace historique de Transières est un accord passé entre Herbert de MESSEY et les religieux de l’Abbaye de Lyre. Herbet de MESSEY donne aux moines deux acres de près aux Grandes Transières. Les moines lui donnent en échange un cheval et cent sous angevins. Cette chartre n’a pas de date mais elle fut confirmée par Garin, Evêque d’Evreux, mort en 1201.

En 1212, Robert de Neaufles (Robert de BREZE) donne au clerc Roger d’AUVERGNY une portion du pré de Transières.

En 1219, Philippe Auguste (oui, oui le Roi…) fait don à Robert de LOS du “pré de la Rivière sur Risle” (“Riparia super Risle”).
Le Moulin est construit à cette période et, en 1233, apparaît la première trace du Moulin de Transières alors appelé “Moulin-Amet”. Il appartenait alors à Robert du MOULIN-AMET.

En 1244, les Moines de l’Abbaye de Lyre rachetent peu à peu les terres de Transières à Guillaume FEUGUE.


Extrait des Mémoires et Notes de M. Auguste le Prevost
Extrait des Mémoires et Notes de M. Auguste le Prevost*
Extrait des Mémoires et Notes de M. Auguste le Prevost
Extrait des Mémoires et Notes de M. Auguste le Prevost*
Extrait des Mémoires et Notes de M. Auguste le Prevost
Extrait des Mémoires et Notes de M. Auguste le Prevost


Aucune trace au 14ème siècle. Période obscure : Guerre de cent ans, l’Abbaye de Lyre se porte mal.

Un peu avant 1524, Le domaine de transières est acheté par Nicolas GIRARD (Lieutenant du Vicomté de Lyre).

En 1524, le fils de Nicolas GIRARD vend les terres (mais sans le moulin) à Jean de 
VATTETOT, Ecuyer. L’ensemble prend le nom de “fief de la Rivière”.

Dès 1558, la propriété du fief de La Rivière est discutée par Christophe de MORIANCOURT qui se présente comme “seigneur du fief de la rivière pour moitié”.

En 1643, cette propriété par moitié était toujours revendiquée par les héritiers de MORIANCOURT.

En 1570, Etienne de VATTETOT rachète le Moulin de Transières.

En 1601, les héritiers de 
VATTETOT vendent le Moulin de Transières à Pierre GIRARD.

En 1645, la famille de MORIANCOURT disparaît des archives. A l’inverse, François GIRARD investit lourdement dans le domaine en construisant la première tréfilerie de la région, près du Moulin. Le manoir seigneurial de Transières est construit à cette époque.

François GIRARD est tour à tour greffier de la Vicomté de Lyre, Receveur du Comté de Rugles et controleur aux eaux et forêt de Conches et de Breteuil. Un homme influent… François GIRARD est anoblit en 1659.

En 1684, François GIRARD vend la seigneurie de la Rivière qui passe entre les mains de différents héritiers (Familles CORDIEU, JOUEY puis LE GRAND).
Les familles GIRARD, JOUEY et LE GRAND étaient des “maîtres épingliers” reconnus dans la région.

En 1790, donc à la révolution française, le dernier héritier (François LE GRAND) fut imposé sous le titre de “Monsieur et Madame de Transières”.

Période inconnue entre 1790 et 1822.

En 1822, les frères FOUQUET construisent la nouvelle tréfilerie… Cette usine s’inscrit pleinement dans l’industrialisation de la Vallée de la Risle* (fabrication d’épingle et de clous).


Recueil des travaux - Par la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure.
Recueil des travaux - Par la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure.*
Recueil des travaux - Par la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure.
Recueil des travaux - Par la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure.*
Recueil des travaux - Par la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure.
Recueil des travaux - Par la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure.


En 1904, le comte René PERSONNE DE SONGEONS* épouse Marie FOUQUET, et prend ainsi possession du domaine.


Modifié le 08/01/2013
Index - Chapitre : [Précédent] 1 2 3 4 5 [Suivant]
Index
Pages : 1 2 3 4 5
© ToujoursLa 2013 | Mentions Légales | Règle et Définition (CGU) | Créer un compte | Nous écrire | Nous écrire | Liens | Arguments | ToujoursLa v2.2