ToujoursLa > MORVAN Jean > Biographie - Intro > Parcours personnel et professionnel de Jean MORVAN - Quiberon
© ToujoursLa 2013 - www.toujoursla.com - Le mémorial
Auteur : Christiane LEBEL - Wed, 22 Aug 2018 03:33:03 +0000
MORVAN Jean

Jean
MORVAN


Jean
MORVAN

Récit


Parcours personnel et professionnel de Jean MORVAN - Quiberon


Jean MORVAN né le 8 janvier 1907 à Saint Brieuc est décédé à Quiberon le 21 avril 1979.
Il a fait son service militaire dans l'infanterie. (voir photo)

Courtier de marchandises, il épouse Marie Joseph Le Bert en 1933 à Paris 15ème.
Fort de son expérience professionnelle à Paris, Jean MORVAN a monté sa Société d'articles sanitaires pour salle de bains essentiellement la marque "Porcher" à Nancy rue de Nabécor en 1935 (oû se trouvaient ses : bureau, magasin et dépôt de marchandises).

Il est mobilisé suite à la déclaration de guerre entre la France et l'Allemagne, sa carrière est interrompue.
Le 11 septembre 1940, Jean MORVAN est fait prisonnier 90ème Régiment d'artillerie (RA) la liste officielle des prisonniers de guerre en témoigne. (voir photo)
Pensionnaire du stalag XII A, il a bien essayé de s'échapper, mais il a été rattrapé. Pendant ce temps, sa femme, Marie Joseph Morvan (Mijo) a rejoint la mère de Jean Morvan au Manoir de Coet Codu (Langöelan) (voir photo) puis une autre partie de sa famille à Inguiniel en attendant la fin de la guerre. Marie Morvan (sa mère) n'a pas accepté de résider hors de sa Bretagne natale.

A la libération, sa société est devenue florissante, négociant en appareils sanitaires pour l'Est de la France, Jean MORVAN s'est adjoint un associé "Jean Wilson" qui dégageait une empathie, les qualités des deux associés se complétaient, une confiance réciproque a rapproché les deux hommes, une amitié indéfectible est née, elle durera jusqu'à la mort.

Jean MORVAN a été nommé le 25 janvier 1956 "Chevalier du Mérite Commercial" comme en témoigne le document du Ministère de l'Industrie et du Commerce, parution au journal Officiel. (voir photo) Cet honneur récompense ses mérites, ses efforts, il en était très fier.

En 1960 sa mère qu'il chérissait, décède à Langöelan.

La maladie de Jean MORVAN l'a obligé à prendre une retraite anticipée, il s'est retiré de sa Société. Nous avons quitté le 6 rue du Carmel à Nancy pour nous installer en Bretagne, à Quiberon dans un quartier calme (Tal Mor), loin du stress des affaires commerciales.

Ne pouvant rester sans objectif de vie, il a occupé le poste de Secrétaire Général de la Société Nautique de Quiberon (SNQ) où il a appliqué les mêmes règles de gestion, à savoir : faire profiter le plus grand nombre d'enfants en école de voile (sur "ailerons"), pour un budget le plus petit possible, pour le bonheur des enfants, et d'autres activités nautiques pour adultes comme les régates de la SNQ, la bourse des équipiers... Claude Collard Président de la SNQ a remis à Jean Morvan la médaille de la Jeunesse et des sports en 1969, à titre exceptionnel en raison de la qualité particulière des services rendus. (voir photo).

Nombreux sont ceux qui lui demandaient conseils avant d'investir dans un commerce.

Homme cultivé, tout l'intéressait, il aimait lire toutes sortes de lectures. Les émissions de jeux culturels à la télévision ou à la radio attiraient son attention, il aimait y répondre rapidement, il aimait jouer au "Scrabble", aux "chiffres et aux lettres".

Sportif dans sa jeunesse, il a du renoncé au sport à la suite d'une chute de vélo.

Tu étais émouvant quand tu chantais la chanson "Rose Blanche (rue Saint-Vincent) par Aristide Bruant.
"Elle avait sous sa toque de martre, sur la butte Montmartre, un p'tit air innocent. On l'appelait Rose, elle était belle, a'sentait bon la fleur nouvelle, rue Saint Vincent...

Tu riais à gorge déployée quand tu entendais les sketches de Fernand Raynaud, de Raymond Devos. Tu appréciais les chansonniers sarcastiques ou satiriques comme Jean Amadou, Pierre Jean Vaillard.

Droit, courageux, serviable, généreux et beaucoup d'autres qualités caractérisent Jean MORVAN  ;

Le 21 avril 1979 Jean MORVAN décède à Quiberon. Il restera de lui le souvenir d'un homme doté d'une grande intelligence et de qualités exceptionnelles.

Quarante ans après ta mort, nous pensons souvent à toi, nous te regrettons, tu nous manques, Papa  !

Modifié le 06/08/2018
© ToujoursLa 2013 | Mentions Légales | Règle et Définition (CGU) | Créer un compte | Nous écrire | Nous écrire | Liens | Arguments | ToujoursLa v2.2