ToujoursLa > Les bains en Meuse à Haybes - Intro > L'origine
© ToujoursLa 2013 - www.toujoursla.com - Le mémorial
Auteur : Guy LEPINE - Wed, 26 Apr 2017 11:55:15 +0200

Les bains en Meuse à Haybes


Les bains en Meuse à Haybes

L'histoire


L'origine


L’automobiliste ou le promeneur qui emprunte la nationale 51 n’est pas sans remarquer un « baraquement » quelques centaines de mètres en aval du pont de Haybes, calé entre la voie ferrée et la Meuse, et qui émerge des ronces et autres plantes envahissantes qui reprennent le terrain lorsque l’activité humaine y a cessé. Cet édifice a une histoire …..C’est en fait ce qui reste de l’établissement de bains en Meuse crée en 1933, par Henri Joseph LEPINE , menuisier ébéniste à Haybes.

L’ «île du château » ou l’origine des bains en Meuse :
    Entre les deux guerres, bon nombre de personnes résidant à Haybes mais aussi de Fumay venaient les mois d’été se baigner en Meuse dans un endroit dénommé « l’ île du château » en raison de l’existence passée d’un château fort qui fut détruit par les troupes du roi Henri II en juillet 1554. Ce lieu dit essentiellement constitué de prés permettait un accès facile à la rivière mais aussi la pratique de jeux de plein air. Cette fréquentation aquatique des années 30, donna l’idée à Henri Joseph LEPINE, alors menuisier ébéniste installé rue du Moulin (maintenant rue Edmond Dromart) de fabriquer et louer une dizaine de barques.

      Très vite, vu l’engouement constaté pour ces activités nautiques et dans l’esprit de développer le tourisme local, le président du syndicat d’initiative de l’époque, Marcel RENSON proposa à Henri Joseph LEPINE de réfléchir à un projet de baignade en Meuse… projet qui ne tardera pas a se concrétiser, puisque les travaux commenceront dès l’été 1933. Un contrat passé le 6 août 1933 entre le Syndicat d’initiative représenté par son président et Henri joseph LEPINE précisa les infrastructures a mettre en place ainsi que le fonctionnement de ce qui allait devenir les bains en Meuse de Haybes. A la connaissance de ce projet, la presse locale en fit un écho "faussement" défavorable .

     C’est ainsi que dans une chronique parue dans le Petit Ardennais de septembre 1933, le correspondant local d’alors, signant son article sous le pseudonyme de Janot Fusqué relata ces événements dans les termes suivants : « Un scandale. Il existe à Haybes, sur les bords de la Meuse, un coin charmant qui, jusqu’à présent, n’a jamais été troublé que par la présence tranquille de quelques pêcheurs silencieux. Mais voici que depuis le début de la saison estivale, un indésirable s’est permis de construire des barques affreuses qui jettent sur la Meuse des ecets discordants. Cette nouveauté qui, hélas, connaît une grande vogue , aurait pu, à la rigueur, être tolérée si une jeunesse tapageuse dont l’audace n’a d’égale que sa bonne humeur et sa santé florissante , n’avait apporté le comble à la situation , en se permettant de prendre ses ébats dans l’onde rafraîchissante. Les jeunes gens et jeunes filles osent s’affronter en caleçon et comme de véritables tritons plongent, nagent, puis se sèchent au soleil en jouant à saute-mouton. Il serait grand temps de mettre un terme à ces exploits, car le mal s’étend rapidement au point que l’on connaît déjà de nombreux jeunes gens de la meilleure société fumacienne qui se mêlent à cette promiscuité compromettante. Des personnes mariées ont l’audace de conduire leur femme et leurs enfants à cet endroit mal famé. Les malheureux habitants de la rive opposée , scandalisés jusque dans leur demeure , ont dû fermer leur porte. Prenant leurs groseilliers comme point d’appui , ils regardent innocemment les baigneurs avec des lunettes d’approche. Heureusement que jusqu’à présent on n’a aucun « pique à l’œil » à déplorer. A-t-on idée au vingtième siècle de se baigner en public et qu’attend M. le maire pour interdire les bains ? Mais de ce côté-là, il n’y aurait rien à attendre du premier magistrat de la commune (1) qui, disent les mauvaises langues, donnerait des encouragements à la construction d’une vaste grenouillère, déjà en cours de construction, et qui sera dotée de toboggans, plongeoirs, girafe etc….Ah ! misère, que verrons nous l’an prochain ! Et ne prête t’on pas aussi à un ministre l’idée d’instituer la natation scolaire obligatoire ? (2) Oui, mais alors il faudra qu’il compte avec les défenseurs de la morale , à moins toutefois qu’il n’oblige les « échauffés » à se baigner ….tout habillés ».

Modifié le 27/04/2007
Index - Chapitre : 1 2 3 4 5 6 7 8 [Suivant]
Index
Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8
© ToujoursLa 2013 | Mentions Légales | Règle et Définition (CGU) | Créer un compte | Nous écrire | Nous écrire | Liens | Arguments | ToujoursLa v2.2