ToujoursLa > RIGAUX Vital > Biographie > A la veille de la seconde guerre mondiale
© ToujoursLa 2013 - www.toujoursla.com - Le mémorial
Auteur : Guy LEPINE - Fri, 21 Jul 2017 18:35:21 +0200
RIGAUX Vital

Vital
RIGAUX


Vital
RIGAUX

Sa Biographie


A la veille de la seconde guerre mondiale


Au seuil de la seconde guerre mondiale, l’effectif du corps va continuer à se réduire, mobilisation oblige.  Une note exceptionnelle du capitaine RIGAUX, en date du 13 décembre 1938 reflète la situation d’alors :
 
« Le capitaine commandant la compagnie rappelle à tous les sapeurs-pompiers de redoubler de zèle , de courage, et de bonne volonté, d’être présent le plus tôt possible sur les lieux , en cas d’incendie ou de service commandé, car vu le nombre restreint chacun doit être à sa place, pour remplir son devoir. Le manquement entraînerait une désorganisation et pourrait empêcher la marche du travail et encourir au désastre. Je compte sur vous ! »   
                                                    
Avec 8 sapeurs-pompiers mobilisés, la compagnie compte en 1939, 22 sapeurs-pompiers.
 
 Afin de faire face à d’éventuels bombardements qui viseraient Fumay, Vital RIGAUX va proposer à la municipalité de l’époque le projet de défense passive ci après :
 
Etude et projet sur la Défense Passive 22 & 23 mars 1939
Rapport sur les projets adoptés à communiquer aux communes.
 
Il y a urgence de suite , aux municipalités, de désigner et d’établir en temps de paix, les mesures à prendre, sur les services d’incendies, et préserver les populations civiles, contre les bombardements par avions en temps de guerre. Ces bombardements par avions , peuvent être faits de trois manières différentes :
bombes explosives,bombes incendiaires,bombes par les gaz asphyxiants.  
Les mesures principales à prendre à Fumay sont les suivantes :
 
1) Etudes établies pour répartir la ville de Fumay en des différents services  en plusieurs secteurs, soit au nombre de huit:
 
Faubourg de Rocroi et Terne de la haie,rue de la gare, Potay faubourg du Pied-Celle et l’Uff,Place d’armes, moulins et faubourg bas,Petite et grande rue et Douaires,Rue des Tanneurs, neuve, Robin et mairie,Place de l’Eglise, Baty, terne Gaspard,Rue de Prousse, cense, rivage et HobetteSecteur Charnoy, usines du Pied-Celle (préserver soit par leur service industriel)  
2)  Pour assurer et répartir ces différents services, il est urgent en temps de paix, d’établir les listes d’hommes aptes pour les verser dans ces emplois,
 
3) Services d’incendies 25 à 30 hommes soit  moitié jeunes gens de 16 à 18 ans, l’autre moitié d’hommes dégagés des obligations militaires (pas trop âgés et actifs),
 
4) Services brancardiers infirmiers environ 32 hommes pour donner les premiers soins ,et le lieu de destination ou savoir emporter les blessés et gazés,
 
Ces services établis sous la surveillance et sous les ordres d’un chef,
 
5) Etablir une liste pour services infirmiers et médecins à prévenir après accidents survenus,
 
Ne pas compter sur l’appui de l’Autorité militaire , car la Défense Passive , pour préserver la population civile ne compte que sur ses propres moyens,
 
6) Etablir une liste , équipe de désinfection, à seule fin de désinfecter les points touchés par les gaz ( désinfecter au chlorure de chaux),
 
Tous ces secteurs seront gardés et surveillés , aussitôt la fin de l’alerte, repérer les points de chutes des bombes, chercher à éteindre  les commencements d’incendie ou réclamer  du secours à l’arsenal.
 
Faire déblayer tous les greniers pour éviter les foyers et employer le sable  sur les planchers.
 
Tous ces services devront être munis d’un masque à gaz.
 
Le service de guet essayera de reconnaître le genre d’obus :
explosifs,incendiaires,les gaz, le passage, l’heure , le nombre d’avions si possible , à seule fin de signaler.  
7) Etablir dans chaque secteur  des abris en béton, les désigner à la population.
Tout le monde muni d’un masque à gaz . Rechercher les excavations sous les roches ou ardoisières.
Il y a grand danger de rester dans les maisons, aucune ne résisteront sous les obus.
Reconnaissance des caves , ou employer des tranchées, ainsi que tous les moyens possibles pour s’abriter pendant l’alerte.  
 
                                                                                
 

Le capitaine Rigaux en tenue de feu
Le capitaine Rigaux en tenue de feu
Le capitaine Rigaux en tenue de feu
Le capitaine Rigaux en tenue de feu
Le capitaine Rigaux en tenue de feu
Le capitaine Rigaux en tenue de feu
© Archives privées famille Hannotel-Rigau

  
 
 
Fort heureusement, Fumay n’a pas été fortement touché

Modifié le 01/08/2008
Index - Chapitre : [Précédent] 1 2 3 4 5 6 [Suivant]
Index
Pages : 1 2 3 4 5 6
© ToujoursLa 2013 | Mentions Légales | Règle et Définition (CGU) | Créer un compte | Nous écrire | Nous écrire | Liens | Arguments | ToujoursLa v2.2