ToujoursLa > DROMART Edmond > Biographie > Edmond et la Littérature
© ToujoursLa 2013 - www.toujoursla.com - Le mémorial
Auteur : Laurent ROYER - Fri, 21 Jul 2017 18:34:15 +0200

Edmond DROMART


Edmond DROMART

Tu sais... genre inventeur...


Edmond et la Littérature


Louis-Edmond a écrit plusieurs ouvrages : 

- 1865 : “Traité théorique et pratique de la recherche, du travail et de l'exploitation commercial des matières résineuses provenant du pin maritime” (96 pages - 3 Planches - Bibliothèque des professions industrielles et agricoles - Editions Eugène Lacroix - Paris). Voici ce qu'il en est dit dans la plupart des parutions de l'époque présentant l'ouvrage de façon strictement identique :

"Après quelques mots sur le pin en général, M. Dromart donne les caractères chimiques de la gemme qui en découle, ainsi que ceux des essences de térébenthine et de la colophane qui en dérivent. Il compare les deux systèmes de gemmage usités dans les Landes et décrit tous les appareils nécessaires à la fabrication des produits résineux, avec les perfectionnements qu'on y a apportés. Le livre se termine par un aperçu de l'emploi des essences et des colophanes dans les principales industries".

- 1870 : “Mémoire sur l'utilisation des Bruyères des Landes” (11 pages - Editions Eugène Lacroix - Paris).

- 1873 : “Lettres Politiques” (78 pages - Imprimerie de Marcel Herbet et Cie - Dax) - Disponible sur Gallica*. Recueil de lettres d'Edmond Dromart publiées entre septembre 1870 et août 1871 soit dans "le courrier de la Gironde", "le journal des Landes" ou "le courrier de Dax", en réaction à la vie politique du moment.

Extrait de la préface : "Maintenant, que nous sommes à la veille de nous constituer ; si je publie ces lettres à nouveau, c'est avec l'intention de défendre le système constitutionnel qui, en France, est le seul gouvernement pouvant concilier l'ordre avec la liberté et nous donner le plus de stabilité. N'ayant jamais rien demandé aux gouvernements passés et espérant bien ne jamais rien demander aux gouvernements à venir, ce n'est pas une question d'intérêt personnel ni même de sympathie qui me fait défendre la monarchie : mais une question d'intérêt général."

Index :
I. Suppression du Timbre,
II. Convocation d'une Assemblée,
III. L'arrivée de Garibaldi,
IV. Reddition de Metz,
V. Changement des Fonctionnaires,
VI. Racolement des Etrangers,
VII. Emprunt Départemental,
VIII. Revue politique rétrospective,
IX. L'équilibre Européen,
X. Urgence d'une Assemblée Nationale,
XI. Dissolution des Conseils Généraux,
XII. Des Réunions Publiques,
XIII. Des Manifestations Publiques,
XIV. Conte Oriental traduit du Sanskrit,
XV. Capitulation de nos Places fortes,
XVI. Effet produit en Europe par la proclamation de la République,
XVII. Des Electeurs des Villes et des Campagnes,
XVIII. De nos Gouvernements,
XIX. La Circulaire de M. le Ministre de l'Instruction Publique,
XX. Suffrage Universel.

- 1897 : “Quelques Vérités”, œuvre populaire et philosophique de 276 pages éditée par la Société d'éditions scientifiques. Martinville écrira à propos de cette œuvre, qu'elle témoigne d'une riche érudition et d'une réelle puissance de pensée.
Dans Le Petit Ardennais du 19 octobre 1897 : “Le but de l'auteur est de combattre, d'un côté, le matérialisme, et de l'autre, l'ignorance, les préjugés. Ses hypothèses, ses théories sur l'électricité comme moteur universel sont très curieuses. Prix : 3 fr. 50, en vente à la Société d'Editions scientifiques, 4, rue Antoine-Dubois ou chez M. Albert Dury, libraire à Givet.”.

La Bibliothèque de Charleville-Mézières conserve un exemplaire de ce livre donné par Edmond Dromart en 1898. Vous pouvez le consulter et le photographier à l'Espace Patrimoine de la bibliothèque (http://www.mediatheque-voyelles.fr).

La description du contenu du livre éclaire sur l'éclectisme de son auteur :

Livre I :
- Origine des mondes
- Formation de la terre
- De la formation de la lune
- Origine des êtres ; leur succession et leur fin
- Des religions
- Idée fausse de Dieu
- De l'esprit
- Du fluide électrique
- De l'instinct
- De l'âme
- Du cerveau
- Des caractères de l'âme
- Manifestation de l'âme
- De l'âme pendant le sommeil
- Du libre arbitre
- Du spiritisme
- Magnétisme, magie, sorcellerie
- Du christianisme
- Des miracles
- De la prière.

Livre II :
- De la patrie
- De la guerre
- Des femmes
- De la dépopulation
- Des juifs
- De l'instruction
- De l'industrie
- De la question sociale.

- 1898 : “Étude sur les landes de la Gascogne, carbonisation des sous-bois, épuration des eaux alliosées, sciage mécanique en forêt, fabriques de matières résineuses” (53 pages - édité par le Petit Ardennais - Charleville).

- ???? : “Mémoire sur un nouvel appareil pour la carbonisation des bois en forêt” (14 pages - Editions Eugène Lacroix - Paris - Prix : 3 fr).

Bouteille à la mer : je recherche ces ouvrages. Si vous pouvez m'aider à me les procurer, n'hésitez pas à me le faire savoir en m'envoyant un e-mail ou en laissant un témoignage sur ce site. Merci


Louis-Edmond est cité dans plusieurs ouvrages :

- Martinville :
”DROMART (Edmond) (1830-1903). M. Edmond Dromart, d'origine ardennaise, alla, après sa sortie de Châlons, étudier dans les Landes, où il installa plus de 40 usines, le traitement des bois de pins maritimes et des produits résineux. Il fut amené ainsi à élaborer des projets pour la carbonisation et la distillation des bois à l'Exposition de 1867. Il se vit décerner, entre autres récompenses, une médaille d'argent pour un four de son invention, pour lequel il prit un brevet. En 1872, il vint se fixer à Haybes, dans les Ardennes, où il fonda l'usine Dromart et Cie,nommée populairement “ la Vinaigrerie ”. En 1878, il obtint le grand prix de la Société des Agriculteurs de France, pour un ouvrage remarquable sur la carbonisation des bois en forêts. Edmond Dromart, travailleur infatigable, esprit chercheur et cultivé, fit d'ailleurs paraître avec succès plusieurs brochures se rapportant à ces questions.“

- Géographie illustrée des Ardennes par Albert Meyrac


Remarques :
Curieusement, Martinville et Albert Meyrac font naître Louis-Edmond Dromart à Givet, comme la majeure partie de sa famille. En réalité, lors de sa naissance le 8 août 1830, celle-ci résidait rue d'Orfeuil à Châlons-sur-Marne (Actuellement Châlons-en-Champagne). Ses actes de naissance et mariage en font foi.

D'autre part, dans le commentaire de Martinville, un point reste à vérifier :
- Le fait qu'il vienne se fixer à Haybes en 1872, alors que son dernier fils, Vincent, est né dans les Landes en 1874.


Modifié le 23/03/2010
Index - Chapitre : [Précédent] 1 2 3 4 5 6 [Suivant]
Index
Pages : 1 2 3 4 5 6
© ToujoursLa 2013 | Mentions Légales | Règle et Définition (CGU) | Créer un compte | Nous écrire | Nous écrire | Liens | Arguments | ToujoursLa v2.2