ToujoursLa > DE L'HORME DE L'ILE Jean-François-Marie > Biographie > De Lyon à Londres en passant par Hambourg
© ToujoursLa 2013 - www.toujoursla.com - Le mémorial
Auteur : Gillian ALLEESON et Myriam REDAL-GRAS - Mon, 24 Apr 2017 17:18:41 +0200
DE L'HORME DE L'ILE Jean-François-Marie

Jean-François-Marie
DE L'HORME DE L'ILE


Jean-François-Marie
DE L'HORME DE L'ILE

La vie aventureuse d'un noble avant, pendant et après la révolution


De Lyon à Londres en passant par Hambourg


Comme bastion monarchiste, Lyon a été frappé avec une grande force par la révolution. Beaucoup de ses plus remarquables bâtiments ont été endommagés incluant la propriété familiale de la Place Bellecour hérité par Jean-François-Marie et sa sœur. Leur cousin, Barthélemy, accusé de conspiration, a frisé l'emprisonnement par le tribunal révolutionnaire, mais il a pu prouver son innocence. Les pouvoirs révolutionnaires étaient maintenant trop proches pour la sécurité familiale.

Lyon n'était plus sûr, c'est pourquoi Alexis Régny est retourné sur son lieu de naissance, Gênes, où son père avait été consul. De là il menait une campagne pour le retour de la Monarchie et il était un des pourvoyeurs en chef du fonds qui a aidé à rétablir  le Comte de Provence, futur Louis XVIII, sur le trône. En attendant, Barthélemy et Jean-François-Marie ont amené leurs femmes à Altona, près de Hambourg, qui était à ce moment-là sous le contrôle danois. La famille de Barthélemy et sa Jeanne s'étendait rapidement, ils ont eu 9 enfants, tandis que Jean-François-Marie et Jenny sont restés sans enfant. Après quelques années ils se sont tous retrouvés à Londres.

Les anglais ont été déconcertés par les événements en France et par la Guerre d'indépendance américaine, mais la révolution n'a jamais pris en Angleterre. La capitale et ses comtés environnants sont devenus un asile pour les réfugiés, particulièrement la noblesse française. Le Comte d'Artois, futur Charles X, y a vécu ouvertement avec Louise de Polastron, jusqu'à la mort de sa maîtresse à Londres en 1804. Le Comte de Provence a rejoint son frère en Angleterre quelques années plus tard. La monarchie anglaise lui a donné une allocation généreuse pour qu'il puisse vivre ses jours dans un confort relatif dans le Kent et le Buckinghamshire. Les émigrés français ont comploté et espéré leur retour en France, mais, avec réalisme, il semblait improbable qu'ils puissent jamais réaliser leur ambition. Tandis que les Bourbons étaient en Angleterre plusieurs émigrés ont épousé des femmes anglaises.

Après 1802, Napoléon permit aux émigrés de revenir en France. Barthélemy et Jean-François-Marie ont quitté l'Angleterre et sont retournés à Lyon. En 1804, Jean-François-Marie, avec sa formation militaire et sa carrière dans l'armée, bien qu'elle fût courte, aidait à former l'un des quatre régiments Lyonnais. À ce moment-là, il avait presque vingt-huit ans. Sous Napoléon, les propriétés endommagées entourant la Place Bellecour ont été reconstruites, mais Jean-François-Marie et sa sœur avaient perdu leur maison familiale. C'était un coup amer. De plus, le blocus naval faisait que leurs revenus de Martinique étaient gelés. Cependant Jean-François-Marie pourrait avoir accès aux comptes bancaires familiaux en retournant à Londres d'où il pourrait activement aider la cause de la monarchie française.

Avant 1811, Jean-François-Marie avait obtenu un passeport Impérial et avait encore une fois traversé la Manche. Sa sœur et son mari, Barthélemy, eux, étaient restés en France. A Londres, Jean-François-Marie s'installe dans une maison à Duke Street, près du Comte D'Artois, et il a développé des contacts avec la famille Royale en exil.

Modifié le 06/05/2012
Index - Chapitre : [Précédent] 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 [Suivant]
Index
Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
© ToujoursLa 2013 | Mentions Légales | Règle et Définition (CGU) | Créer un compte | Nous écrire | Nous écrire | Liens | Arguments | ToujoursLa v2.2